Tourisme en Vendée : le Gois, Noirmoutier et le Marais breton

Situation du Gois

Situation du Gois, entre Noirmoutier et Beauvoir-sur-mer (Vendée)

Rien de tel qu’une petite excursion en Vendée pour découvrir pendant les vacances quelques sites touristiques et s’aérer les neurones au bord de l’océan.

Le passage du Gois est une chaussée submersible à chaque marée, longue de plus de 4 Km, qui relie l’île de Noirmoutier au Marais breton.

Le Gois

Le Gois, une route au milieu de l’océan

Si vous n’avez jamais vu une longue route inondable, allez-y ! Bien entendu, vérifiez au préalable les horaires des marées si vous souhaitez l’emprunter pour le plaisir de traverser l’océan… Il faut juste compter 1 heure de voiture et 60 Kms de Nantes à Beauvoir-sur-mer en suivant la direction de Noirmoutier, soit à peine 3 heures et demie au départ de Paris en prenant le TGV jusqu’à Nantes. Et c’est encore plus rapide si vous prenez l’avion. Bref, le Gois, c’est tout près de chez vous !

Pas de chance

Voiture malchanceuse au passage du Gois : attention aux horaires des marées !

Soyons cependant honnête :  il n’y a pas grand chose à faire au niveau du Gois lui-même, à part contempler le spectacle de l’océan qui vient l’engloutir à chaque marée haute. Vous pouvez aussi vous faire des frayeurs et imaginer ce qu’il pourrait vous arriver si vous étiez en panne de voiture au milieu du passage à marée montante… Rassurez-vous. Il existe tout le long de la chaussée des poteaux en bois  sur lesquels monter pour se protéger des flots si nécessaire (dénommés « balises »). Seule votre voiture ne pourra pas en réchapper.

Eoliennes

Les éoliennes de Bouin vues du Gois

Plus sérieusement, vous pourrez aussi pratiquer la pêche à pied et traquer les coques ou les palourdes dans la vase de la Baie de Bourgneuf. Venez aussi découvrir les « Foulées du Gois ». Il s’agit d’une course spectaculaire organisée chaque année sur le passage lorsque ce dernier commence à être recouvert par la marée. Les coureurs ont intérêt à assurer ! Les cyclistes du Tour de France font aussi régulièrement connaissance avec l’endroit.

Après le Gois, partez visiter l’île de Noirmoutier, par exemple pour vous baigner ou pour visiter l’aquarium, puis retournez sur le continent pour explorer le Marais breton (appelé également « Marais breton-vendéen »). C’est cette dernière option que vous présente Quetzalnews dans l’immédiat.

Marais salants

Marais salants du Marais breton près de Beauvoir-sur-mer

Les passionnés de nature trouveront leur bonheur dans cette vaste zone de prairies et de marais principalement consacrée à l’élevage. Il y a des oiseaux partout et faciles à observer. Si vous voulez tout savoir sur l’histoire du Marais breton, ses gens (les « maraîchins ») et sur son environnement, il est fortement recommandé de visiter l’Ecomusée du Daviaud situé sur la commune de la Barre-de-Monts. Des expositions et des visites guidées très intéressantes y sont proposées toute l’année.

Bourrine

La bourrine, maison traditionnelle à toit en chaume du Marais breton

Qui sait si après vous n’aurez pas envie d’acheter une « bourrine » comme résidence secondaire (maison traditionnelle du Marais avec toit en chaume) ? Petite précision utile avant d’acheter : sachez qu’à marée haute, votre maison est sous le niveau de la mer. Cette information peut vous aider à négocier les prix, mais c’est aussi un peu stressant de dépendre de la protection de digues. En cas de tempête avec un fort coefficient de marée (comme Xynthia en 2010), vous ne devriez pas très bien dormir…

La découverte de salines de Marais salants devrait aussi vous intéresser. Vous apprendrez notamment le long circuit de l’eau jusqu’au sel, et l’histoire de cet « or blanc » dont l’âge d’or dans la région se situe au XVième et au XVIième siècle, époque à laquelle le Marais breton avait une renommée internationale. Aujourd’hui, les Marais salants de Guérande ont pris le relais, mais des exploitations salicoles se développent dans le Marais et à Noirmoutier.

Au passage, un petit détour par le Port du Bec (commune de Beauvoir-sur-mer) et par les éoliennes de Bouin pourrait aussi vous tenter. En outre, vous serez là-bas dans le temple de l’huître Vendée-Atlantique (appellation des huîtres de la Baie de Bourgneuf) et vous serez sans doute attirés par la dégustation de quelques unes d’entre elles, en plus des traditionnelles moules de bouchot produites également dans la baie. Avec un peu de vin blanc local comme du Grolleau ou du Muscadet du pays nantais, cette étape gastronomique devrait vous plaire ! Des restaurants de la région (notamment à Bourgneuf) vous proposeront par ailleurs des anguilles et des cuisses de grenouilles. Testez sans scrupules pour le plaisir, mais n’oubliez pas que les grenouilles ne proviennent certainement pas du coin (Turquie, Roumanie, Indonésie peut-être ?) et que les anguilles deviennent de plus en plus rares (d’ailleurs viennent-elles réellement du Marais breton ?).

Maison traditionnelle « moderne » du Marais breton

Toujours en bordure de la baie de Bourgneuf, il est aussi possible de se restaurer au Port des Brochets à Bouin et, encore plus au nord, au Port du Collet sur la commune des Moutiers-en-Retz (Loire-Atlantique).

Port du Bec

Le Port du Bec (Beauvoir-sur-mer). Surnommé le « petit port chinois » en raison de l’aspect de ses pontons.

Des excursions en bateau dans la baie sont également organisées au départ du port du Bec, notamment pour découvrir la pêche en mer, ainsi que des visites d’exploitations ostréicoles. Les fous furieux de l’huître auront probablement envie d’assister, voire de participer, à la Fête des gobeurs d’huîtres qui est organisée chaque été à Bouin.

Bovins

Elevage bovin, prairies, eau et oiseaux : c’est ça le Marais breton !

On ne peut pas dire que le paysage soit particulièrement beau dans les environs des ports de la Baie, mais l’ambiance paisible qui y règne et les activités possibles méritent un détour. Les pontons de pêche au carrelet font aussi partie du patrimoine local à découvrir.

Le Port des Brochets sur la Baie de Bourgneuf à Bouin (Vendée)

La route du bonheur

Si vous voulez faire la fête le soir dans les bars et les boîtes de nuit, voir beaucoup de monde, c’est plutôt à Noirmoutier ou vers Pornic et la Bernerie-en-Retz qu’il faut vous diriger. Comptez une demi-heure en voiture pour faire les 30 Kms qui séparent Beauvoir (au sud) de Pornic (au nord), et seulement 20 minutes et 15 Kms au départ de Bourgneuf-en-Retz, commune de Loire-Atlantique située à l’entrée nord du Marais breton.

Les accros au jeu apprécieront le casino de Pornic. D’autres préféreront des heures relaxantes de thalassothérapie. Rien n’empêche de profiter en même temps de toutes les facettes du pays !

Et renseignez-vous en permanence sur les festivités locales en période estivale : du vide-grenier au concert nocturne, vous trouverez certainement votre bonheur !

Si vous choisissez Noirmoutier pour votre vadrouille nocturne, ne vous inquiétez pas sur les horaires des marées : en-dehors du passage du Gois, l’île dispose aussi depuis 1971 d’un pont impressionnant non submersible pour la relier au continent…

C’est bien gentil tout ça, mais où se loger ? Le Quetzal pense que les meilleurs endroits se situent à Bourgneuf-en-Retz (Loire-Atlantique), Bouin et Beauvoir-sur-mer (Vendée).

Eglise de Beauvoir-sur-mer (monument historique)

Ce sont des communes littorales mais qui restent en retrait par rapport aux grosses zones d’affluence de vacanciers, en particulier Noirmoutier qui draine beaucoup de monde toute l’année. De là vous pourrez accéder à tous les loisirs possibles et conserver en même temps votre tranquillité, voire le contenu de votre portefeuille (à vérifier cependant). Allez plus à l’intérieur des terres vers Machecoul ou Challans pour essayer d’avoir des tarifs de location de vacances plus abordables que sur la côte. Vous ne serez pas « les pieds dans l’eau » comme on dit, mais vous pourrez rejoindre rapidement la mer sans vous faire « matraquer ». Si vraiment ça vous démange, plantez de temps à autre une tente dans un camping où l’on entend le son des vagues, puis revenez dans votre gîte.

Panneau d’information sur les horaires des marées à l’entrée du passage du Gois : prudence !

Quand on ne connaît pas un secteur, on a envie d’avoir tout sur place et de faire le moins de kilomètres possibles. Cependant, quand on se familiarise avec son lieu de vacances, on s’aperçoit que les distances à parcourir et le temps nécessaire sont ridicules comparés aux économies réalisées. Vous avez fait 600 Kms pour aller en Vendée ? Qu’est-ce qui vous empêche de séjourner à seulement 10 ou 20 Kms de la côte pour faire des économies et profiter d’une location plus spacieuse, tout en allant quotidiennement respirer l’océan comme tout le monde ?

Etier (chenal) dans le Marais breton

Autre option si vous n’avez pas froid aux yeux : tentez le camping dit « sauvage » dans les dunes du pays de Monts. Rien de tel qu’une bonne nuit à la belle étoile près des vagues pour se sentir dépaysé et réellement en vacances ! C’est pas trop légal, mais tant pis… Soyez juste respectueux de l’environnement et discrets. Au réveil, vous pourrez aller piquer directement une tête dans l’eau, ce qui vous mettra de bonne humeur pour le reste de la journée.

Où se restaurer? Pas facile de citer un endroit où manger sans prendre le risque que le lecteur de Quetzal News en sorte déçu, puis se retourne furax contre le Quetzal… D’autant plus que les prix et les propriétaires d’établissements changent fréquemment.

Balise du passage du Gois : c’est là qu’il faut monter en cas de problème….

Disons que si vous souhaitez manger en bord de mer avec vue sur la baie de Bourgneuf (qui n’a rien d’extraordinaire, mais rien que pour l’ambiance), nous vous conseillons de tester l’un des trois ports suivants : le Bec (Beauvoir-sur-mer), les Brochets (Bouin) et le Collet (les Moutiers-en-Retz).

Coucher de soleil sur la Baie de Bourgneuf

Au Bec, vous pourrez vous approvisionner en fruits de mer, en soupes et en vin blanc grâce à la cabane de « Chez Melon, tout est bon » (huîtres, moules, araignées de mer, tourteaux, homards, coques, palourdes) ou manger le midi au café-restaurant « le Mord’eau« , deux établissements ouverts toute l’année. Au port des Brochets, le « Bar à huîtres«  est ouvert d’avril-mai à septembre avec un choix de moules-frites, de seiches et d’huîtres adapté aux saisons. Le restaurant, installé dans une cabane ostréicole des années 1950, vous propose également de la vente directe au vivier de fruits de mer (huîtres, moules, palourdes) ainsi que d’autres produits du terroir (sel de Bouin, rillette et soupe de poisson, Muscadet). Des visites de l’entreprise ostréicole familiale sont également possibles. Enfin au Collet, allez tester « la Maison de l’éclusier » qui est ouvert toute l’année midi et soir.

Le Port du Bec (Beauvoir-sur-mer) encore

Il existe de nombreux autres restaurants à découvrir, notamment dans les bourgs de Bourgneuf-en-Retz, de Bouin et de Beauvoir-sur-mer. A vous de les expérimenter !

Enfin pour conclure, s’il vous reste du temps après la découverte du passage du Gois, du Marais breton et de Noirmoutier, pourquoi ne pas faire un peu de tourisme sur l’île d’Yeu en prenant un bateau au départ de Fromentine ? Le voyage n’est jamais fini !

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commenter

Webdesign : Freewpthemes.co